Les ailes noires

Publié le par Virginie

image morrigan

Je suis une et plusieurs, les humains m'ont donné tant de noms, voulant ainsi apprivoiser, amadouer leur peur.

Je demeure insaisissable pour tous, seuls certains êtres dépassent le jeu des apparences trompeuses auquel je m'adonne parfois, souvent...et ils me surprennent alors...Tel le reflet dans l'eau, j'ondule, je vibre..et de rares fois seulement, ils parviennent à le traverser, le transpercer... osant regarder et ne se contentant pas uniquement de voir...Souhaitant, que l'un d'entre eux, me découvre telle que je suis vraiment!

 

Aujourd'hui, j'ai déployé mes ailes noires choisissant de leur apparaître sous la forme d'un corbeau mais demain je choisirai d'être louve..

 

Je survolais à nouveau un champ de bataille, leur nombre croissant me donnait le vertige, les hommes voulant conquérir une terre, qui ne leur appartient pas, la souillant si souvent de leur sang, ignorant, oubliant le lien originel, leurs racines.J'allais poursuivre mon vol, lorsque mon regard se figea. Il semblait me fixer, et je vis son sourire, illuminant son visage. Je ressentis sa force, une puissance peu commune, il se trouvait au milieu de deux clans, je reconnus le sien, je tournoyais, virevoltais, je l'observais et je voulus découvrir ceux qu'il défiait. Je reconnus ces hommes qui, désormais, me jetaient des pierres. Je vis plusieurs d'entre eux bander leur arc et chercher le meilleur appui afin de me transpercer d'une flèche jusqu'à oublier ce que je symbolisais naguère...un bon ou un mauvais présage et je m'en amusais souvent, il est vrai! Désormais, leur ignorance m'accable, nous entraînant vers l'abîme de l'oubli... signifiant notre mort certaine..nous condamnant à une errance perpétuelle sans pouvoir peupler leurs rêves et encore moins incarner leurs cauchemars..

 

Mais lui... m'avait reconnue, évitant avec adresse leur tir, je décidais de rester et d'assister au combat, je me perchais sur la plus haute branche d'un chêne millénaire, ressentant son essence m'envahir.

Je le vis alors commencer le rituel..je le contemplais..la danse de mort, un art ancestral qui se perdait, un hymne à ses ancêtres, passés, présents, futurs...Il la maîtrisait, la vivait instinctivement!

 

Je m'approchais alors, vibrant à l'unisson. Chacun de mes battements d'ailes s'harmonisant au rythme de son cœur, s'accélérant de plus en plus je le vis réagir à certains mots, lui digne représentant de nos valeurs, semblait choquer par l'outrecuidance de son adversaire!

J'entendis son nom: Conchobarr. De nudité paré, il ne ressemblait à nul autre, je m'approchais un peu plus, prête à l'effleurer...et je vis la lame étinceler, entaillant profondément son flanc.

Emblème de vie ou de mort, mon souffle laissait, parfois, l'humain tisser sa propre destinée par ses actes, ses décisions. Ici, il fut question de réflexes instinctifs. J'avais décidé de lui insuffler la vie. Le poussant au delà de ses limites, je savais qu'en puisant cette force en lui, il les surpasserait et je le vis se relever. Je pris alors un peu de distance, son destin entre ses mains, mais je ne doutais pas une seule seconde de l'issue de ce combat, ce brave cœur de barbare si déterminé, l'honneur porté tel un étendard par son héraut.

 

Le corps de l'homme s'effondra, il s’approcha et voulut retirer sa lame, elle fut ébréchée, je vis le froncement de ses sourcils, un mauvais présage se dit-il...annonciateur du changement..que je voyais s'opérer sur les champs de bataille, la vie, la mort désacralisées..

 

Il s'apprêtait à lui ôter les yeux, il suspendit son geste en me voyant plonger vers la tête, il comprit que Morrigan accomplirait elle-même le rituel: de mon bec, je sortis chaque œil de leurs orbites, ils roulèrent à terre et je m'écartais alors afin de les savourer..

 

Il me regarda et il sourit, il savait désormais que la bataille pouvait commencer, la déesse veillerait, lui faisant honneur jusqu'à son dernier souffle de vie!

Publié dans Histoires...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Poignant et bien écrit, c'est un texte que j'aime beaucoup avec son côté fort sombre et pourtant avec une lueur à la toute fin, j'aime :)
Répondre