50 enfants dorment dehors cette nuit

Publié le par Virginie

Au réveil, un café noir, mon gilet recouvre mes épaules, la nuit fut très froide, ma main, d'un geste endormi, allume la télévision. Mon esprit embrumé vagabonde au rythme des images défilant et là tel un couperet l'information tombe, témoignage d'un éducateur, déclarant d'une voix décrivant des faits, presque blasée..."Et cinquante enfants ont dormi dehors cette nuit", plus de places dans les foyers d'accueil...On passe à autre chose, d'autres images, la vie reprend son cours, aucun commentaire...comme si de rien n'était...Banalisation...Véritable électrochoc pour mon cerveau...
Mes yeux écarquillés, l'horreur de ses mots..mélange de colère et de honte m'envahit! Comment pouvons-nous accepter cela! Le froid chaque année semble réveiller les consciences, eh oui des hommes et désormais des familles dorment dehors chaque nuit, tout au long de l'année..Mais où vivons-nous! Nous sommes un pays développé qui vient en aide aux plus menacés...."les banques"..laissez-moi rire...Si l'économie mondiale n'était pas si tributaire des spéculations boursières, nous n'en serions pas là. Bien-sûr, la néophyte que je suis, ne peut pas appréhender les enjeux du "capitalisme", des marchés de capitaux, des banques de financement et d'investissement..J'y ai travaillé huit ans, en tant que simple assistante mais cela ne m'a pas empêché d'observer,  milieu qui m'était inconnu,  que je ne comprenais pas et finir par m'isoler de plus en plus face à ce manque de transparence, les pressions en tout genre,  l'effet de groupe si dévastateur parfois.  Mon être s'est peu à peu éteint  pour enfin quitter cet univers qui ne sera jamais le mien.

Des ENFANTS....ils n'ont rien demandé à personne, des enfants qui ne devraient penser qu'à jouer, à laisser aller leur insouciance et qui vivent, malgré eux, les morsures du froid...où allons-nous...comment pouvons-nous ingérer, digérer, accepter par défaut certes souvent et banaliser au final cette réalité....Car demain est un autre jour? Car demain je dois me préparer, prendre le métro, me faire bousculer et dire malgré tout "pardon", tenir la porte à la personne qui me suit et non lui claquer dans la figure..parce que nous sommes des humains, où le respect de l'autre devient un luxe?

Travailler pour nourrir sa famille, payer les factures et préparer leur avenir, tout simplement pour les protéger...Quelle belle soupape de sécurité mise en oeuvre pour nous aliéner à un système si bien rôdé...Nous croyons être libre dans cette société de consommation qui nous endigue...nous sommes les nouveaux esclaves du pouvoir d'achats...et nous finissons par accepter d'ignorer que des enfants en France peuvent dormir dehors la nuit.

Vous allez me dire que je ne vaux pas mieux, ce ne sont après tout que des mots et toute seule, je n'ai pas la prétention de changer les faits en un simple claquement de doigt. Je ne possède pas de recette miracle ni de baguette magique, je me dis simplement que je ne suis pas seule à m'insurger et me révolter. Je suis convaincue qu'un changement peut survenir car le système s'est enraillé et a montré ses failles, la crise ne fait que commencer.
"Toucher le fond pour mieux remonter", le phoenix renaît bien de ses cendres...me direz-vous, mais banaliser cette réalité: des enfants dorment la nuit dehors et des personnes en France ne mangent pas à leur faim malgré les structures d'accueil, malgré les soi-disant aides apportées par l'Etat...quelque chose m'échappe...surtout quand on sait que ce serait pire si les associations n'existaient pas, elles prennent si souvent le relais... Les villes ont des gymnases, des mairies chauffées la nuit non?

Néanmoins, nous avons encore la chance de pouvoir écrire en toute liberté alors profitons-en!

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article