Pantin désarticulé

Publié le par Virginie

" Triste sort pour le fou qui regarde au loin passer les nuages
   Qui aimerait voler vers un autre rivage
   Il appelle, muet, quelqu'un qui pourrait l'écouter
   Qui voudrait arrêter le temps et marcher à ses côtés
   Il recherche l'amour des êtres humains
   Il n'a, en retour, que des paroles squelettiques,
   Sans chaleur...venin

   Son regard se perd au loin
   Semblable à un pantin
   Désarticulé et sans fil
   Il avance...
   Il se balance à travers le temps
   Hors de tout temps
   Il est là et sera toujours là
   Regardez-le sur cette pierre
   Cette même pierre qui lui sourit chaque matin
   Il lui tend la main
   Le chant de l'arc-en-ciel lui ouvre un nouvel horizon
   Un nouvel espoir
   Une nouvelle raison
   Toi le Fou
   Tu seras toujours le bienvenu parmi nous"
  

Publié dans Echos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Oui, j'aime les fous, eux ne nous ennuient pas, mais les vrais fous, ceux que l'on étiquète et qui ont tant à nous apporter en humanité.
Répondre
M
Est-il si Fou que cela, ou bien est-ce le monde autour qui est fou, inhumain ? Difficile de trouver sa place quand on est "trop" sensible comme ils disent, quand on a un besoin dévorant des autres, de l'Autre qui pourrait écouter...
Répondre